CARNETS DE CROQUIS Sélection inédite vol.2

Posté par NoelBourcier le 02 avril 2014 - View Comments

1513s-YouHuiDu

Dessine moi une idée vous propose cette deuxième sélection inédite des productions de 2013.

CARNETS DE CROQUIS Sélection inédite vol.1

Posté par NoelBourcier le 25 mars 2014 - View Comments

1370s-GilarFarjah

Dessine moi une idée vous propose cette sélection inédite des productions de 2013.

JULIETTE JOURDAIN Échos de l’intérieur

Posté par NoelBourcier le 27 juin 2012 - View Comments

Juliette-Jourdain_02

Squelettes d’animaux, poupées déglinguées, ritournelles musicales, les dessins de Juliette Jourdain traduisent une sensibilité à fleur de peau. On sent le fil tendu d’une quête de sens, comme une énigme à déchiffrer. Le regard se fait pensif. Il scrute avec élégance autant qu’il dépouille. Précision analytique du trait. Compositions au cordeau. Perte des illusions de l’enfance. Bonjour monde cruel !

NICOLAS DUBOIS zones frontières

Posté par NoelBourcier le 14 juin 2012 - View Comments

Nicolas Dubois_9

Corps déliquescents, bras en forme de nageoire, crâne dressé comme un trophée, pape obèse arborant une faux en guise de crosse, gros bourrin traînant massue, éléphant de mer masqué, jolie feuille ganja, ballon vole … Quand le bizarre advient sans crier gare, il n’y a plus de limite à l’imagination. Seule la précision du trait s’érige comme discipline.

THOMAS LEFEBVRE le nerf de la guerre

Posté par NoelBourcier le 22 mai 2012 - View Comments

Thomas-Lefebvre-02

Des guerriers sans visage se dressent avec fierté dans des oripeaux en guise d’armures. On devine des héros de comics et de marvels ou encore des classiques du cinéma américain. Dans cet univers ultra codifié, chaque personnage possède des super pouvoirs. Signe des temps, le jeu vidéo s’insinue dans l’imaginaire collectif. Noir est le trait aiguisé comme une lame.

STEPHANE HUSSEIN Un certain rouge

Posté par NoelBourcier le 20 mai 2012 - View Comments

Stéphane-Hussein_10

Des poupées au visage de porcelaine semblent figées par la stupeur. Leur pâleur cadavérique contraste avec l’élégance d’un trait bien tranchant. On frissonne déjà en s’attendant au pire.
En grand admirateur de Tim Burton, Stéphane Hussein manipule les formes avec dextérité. Comme dans un conte, le merveilleux côtoie l’étrange : chats indolents aux pattes effilées à l’extrême, jeu de masques, clown maléfique, champignon hallucinogène et montre molle. Ce soir c’est sûr, ça va saigner.